J’étais à ses côtés quand il est mort

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Emmanuelle CHAUVIRE-LEDUC, il y a 4 ans et 3 mois.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #237

    Maxi
    Participant

    Il y a quelques années mon grand-père est mort. Il a eu une belle vie. Il a tenu une ferme que mon père et ensuite mon frère a repris. Ce qui lui a procuré beaucoup de fierté. Il a vécu une belle histoire d’amour avec ma grand-mère avec qui il a vécu jusqu’à sa mort. Il a eu 5 enfants, 18 petits-enfants et 3 arrières petits-enfants. Je vais devenir papa et des souvenirs remontent à la surface. Il me manque malgré toutes ses années. Mais ce qui me revient le plus est d’avoir été à ses côtés à sa mort. Il s’est éteint chez lui entouré de quelques-uns de ses petits-enfants un dimanche soir après un match de foot. Je lui ai tenu la main jusqu’à son dernier souffle. Je l’ai vu s’éteindre en quelques minutes et j’ai vu la mort « l’attraper ». Parfois je me demande si j’ai bien fait d’être là quand il est mort. C’est la dernière image qu’il me reste de lui.

    #264

    Bonjour Maxi,
    Je vous remercie pour votre témoignage empreint d’affection pour cette figure importante pour vous : votre grand-père. Vous êtes aujourd’hui au seuil d’un cap dans votre vie, celui de devenir père à votre tour et en quelque sorte vous voyez défiler des moments-clés, dont la disparition de votre grand-père.C’est aussi une façon de « faire le point » de là où vous en êtes de votre trajectoire de vie.
    Vous vous interrogez sur le bien fondé de votre présence lors de sa disparition car son image à ce moment-là occupe votre esprit dites-vous. Difficile de remettre en cause le passé ! Est-il utile et juste pour vous de ressasser un événement sur lequel vous ne pouvez pas revenir? Bien sûr, l’image est forte car elle est associée à une « trace », un souvenir émotionnel intense pour vous, et c’est bien normal. Je vous invite à relire votre post, où vous livrez toute la richesse affective et relationnelle, encore vivace aujourd’hui, que vous a transmis votre grand-père. D’ailleurs, ne s’est-il pas éteint près de vous, sa main dans la votre? Peut-être pouvez-vous, quand cette image vient prendre trop de place, ne pas oublier de la mettre en dialogue avec ces souvenirs heureux, chaleureux, si caractéristiques de votre relation semble-t-il. Voyez si cela contribue à vous apaiser, qu’en dites-vous ?
    Vous souhaitant le meilleur pour votre vie de papa à venir

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.