Mort violente : comment faire face?

Mort violente

Les personnes confrontées à la mort violente d’un parent ou d’un proche subissent un choc d’une extrême brutalité. Comment les aider dans ce moment douloureux ? Éléments de réponse, en deux étapes.

Il est possible de faire son deuil face à la mort, une aggravation de la douleur qui rend plus compliqué le processus de deuil. « Chacun peut trouver le juste cheminement psychologique », affirme Cynthia Moreau, docteur en psychologie au sein de l’unité de soins palliatifs de Saint Philibert et par ailleurs chargée de la formation en psychologie des professionnels du réseau “Le Choix Funéraire”.

1 – S’entourer pour faciliter le deuil

Selon le docteur en psychologie Cynthia Moreau, « on peut parler d’un choc émotionnel important qui laisse une trace dans le cœur de l’endeuillé ». De quoi entraver le processus de deuil  « et cristalliser la personne soit dans un état de choc, soit dans des sentiments très forts comme l’impuissance, la culpabilité, l’injustice… ». D’où l’importance d’entourer les endeuillés confrontés à une mort subite : les inciter à ne pas rester isolés affectivement, à ne pas se mettre en retrait et à ne pas s’éloigner de leur famille ou des gens qu’ils aiment. Objectif : sortir peu à peu du choc dans l’échange avec les autres, et faciliter ainsi le travail de deuil.

2 – Comprendre pour se libérer

L’aide vise aussi à répondre autant que possible aux questions ou à essayer d’aller chercher les réponses auprès des personnes du médical, des professionnels de la médecine médico-légale, de la justice. En clair, aller collecter des informations sur la nature et les circonstances du décès. Il existe également de nombreuses associations qui peuvent aider à mieux comprendre, notamment en partageant avec d’autres personnes leur vécu, leur regard. Dans la compréhension, il y a une libération, souligne Cynthia Moreau : « On ne sera plus jamais la même personne, parce qu’on aura traversé cette épreuve. Il faut se laisser le temps, il faut pouvoir se mobiliser, continuer de grandir ».

Marc Pérel

Voici quelques nom d’association pouvant vous aider si vous faites face à ce genre de situation:

• Vivre son deuil – 01 42 38 08 08 – http://vivresondeuil.asso.fr

• Fédération des Associations de conjoints survivants – 01 42 85 18 30 – www.favec.asso.fr

• Deuil après un suicide – www.deuilapressuicide.fr

• Aides, conseils, soutien – www.actualitesolidarite.com/aides/deuil.htm

• Étapes du deuil – Association Arbor – www.actualitesolidarite.com/aides/deuil.htm

A lire …

Sortir du deuil – Surmonter son chagrin et réapprendre à vivre, Anne Ancelin Schützenberger et Evelyne Bissone Jeufroy (Payot).

Sur le chagrin et sur le deuil : trouver un sens à sa peine à travers les cinq étapes du deuil, Elisabeth Kübler-Ross, David Kessler et Joëlle Touati (Jean-Claude Lattès).

Laisser un commentaire